La luxation médiale de la rotule

La luxation médiale de la rotule

La luxation de rotule est une condition où la rotule se trouve dans une position anormale dans l’articulation du genou.  Elle est généralement le résultat de malformations congénitales, mais elle peut aussi être d’origine traumatique.  La luxation de la rotule est une cause fréquente de boiterie intermittente chez le chien, particulièrement chez les petites races (caniches, poméraniens, Yorkshire terriers, bichons et chihuahuas) et elle est occasionnellement rencontrée chez le chat.  La condition peut être unilatérale ou bilatérale et la rotule peut se déplacer vers l’intérieur (médialement), donnant l’aspect de patte en « cow-boy », ou l’extérieur (latéralement) au membre.  De plus, la rotule peut luxer à répétition ou être toujours déviée.

Quelle est la cause de la luxation de rotule?

On soupçonne fortement que la luxation de rotule congénitale soit héréditaire.  Il est ainsi recommandé de ne pas reproduire les animaux qui en sont atteints.  Le problème se détecte surtout par l’examen physique de l’animal et par des radiographies.

Quels sont les symptômes?

Cette condition peut apporter des conséquences graves au bien-être de l’animal.  Les signes peuvent varier d’une simple boiterie occasionnelle jusqu’au non-usage permanent du ou des membres affectés.  On pourrait noter une surutilisation compensatoire des autres pattes, se qui peut créer d’autres problèmes. La luxation de rotule cause éventuellement une érosion des surfaces articulaires du genou, ce qui provoque des signes d’ostéoarthrose.  Lorsque les cartilages sont usés au point de permettre un frottement direct os contre os, des signes de douleur se manifestent.

Quels sont les traitements disponibles?

Pour les conditions sévères, le traitement idéal demeure chirurgical et le choix des techniques dépend de la gravité de la luxation et des déformations osseuses observées aux examens physiques et radiographiques.  Chaque cas doit être évalué individuellement. Ces chirurgies sont effectuées dans des centres de références.  La convalescence peut être longue, s’étendant sur une période de six à huit semaines durant laquelle des courtes sorties en laisse pour les besoins seront permises.  Le repos complet, préférablement en cage, est primordial et contribue au succès de l’opération.  Des exercices de type physiothérapie seront encouragés.

Chez les animaux asymptomatiques (pas de signes cliniques), ceux avec des symptômes légers ou dans le cas ou la chirurgie ne peut être envisagée, un traitement médical peut être entrepris.  Ce traitement peut contenir un ou plusieurs des items suivants :

  • Faire perdre du poids aux animaux obèses (un surplus de poids entraîne un stress supplémentaire sur les articulations);
  • Administrer des chondroprotecteurs (chondroïtine, glucosamine, cartrophen®) sous forme de comprimés ou d’injections.  Ces produits favorisent la formation de cartilages sains, diminuant ainsi les frictions os sur os et la douleur.  Ils augmentent également la production de liquide synovial qui permet la lubrification et le bon roulement de l’articulation.  Enfin, ils aident à l’élimination des déchets intra articulaires produits par l’inflammation du genou.  La formule injectable (cartrophen®) doit être administrée à raison d’une injection une fois par semaine pendant quatre semaines, puis une injection une fois par mois à vie.  Les comprimés sont moins efficaces et souvent réservés aux cas légers.  Ils doivent être administrés quotidiennement à vie;
  • Administrer des anti-inflammatoires (métacam®, rimadyl®). Ces produits enlèvent la douleur aiguë et l’inflammation.  Ils sont donnés lors d’une grosse crise d’inconfort.  L’animal doit prendre les anti-inflammatoires quotidiennement et par la suite, au besoin ou quotidiennement à la plus petite dose efficace;
  • Favoriser la formation de bonnes masses musculaires avec de l’exercice à bas impact articulaire (marche, natation) et régulier;
  • Acupuncture.  Technique thérapeutique offrant de nouvelles alternatives à la médecine vétérinaire.  L’acupuncture est fondée sur l’approche globale de l’animal souffrant d’un déséquilibre du QI (énergie, prononcé tchi).  Ce traitement peut être utilisé conjointement avec les approches médicales ou chirurgicales.  Elle peut même être considérée comme une alternative lorsque d’autres traitements n’ont pas donné de résultats satisfaisants.

Si vous avez des questions au sujets de la santé de votre animal, n’hésitez pas à communiquer avec nous (450 449-7277), il nous fera plaisir de vous répondre.


commentaires sont clos